Règles et acné hormonale

Qu’est ce que l’acné hormonale ? 

Contrairement à ce que l’on pense, l’acné n’est pas uniquement réservée aux adolescent·e·s. Plus de 50 % des femmes adultes seraient victimes d’acné. Parmi elles, beaucoup n’ont pourtant pas connu de soucis à la puberté. Comment expliquer ce phénomène physiologique ?

L’acné hormonale est comme son nom l’indique de l’acné liée aux fluctuations des hormones.

Bien qu’elle soit associée à des fluctuations hormonales pendant la puberté, l’acné hormonale peut toucher également les adultes. Elle est particulièrement fréquente chez les femmes. Un certain nombre de facteurs peut y contribuer, notamment les menstruations, la grossesse et la ménopause.

Les femmes sont sujettes à de nombreux changements hormonaux dans leur vie (grossesse, menstruation, ménopause, arrêt ou prise d’une contraception hormonale), ce qui explique qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à souffrir d’acné. Contrairement aux idées reçues, les peaux grasses ne sont pas les seules à être concernées puisqu’on peut souffrir d’acné avec une peau sèche.

 

 

 

Comment reconnaître l’acné hormonale ? 


À l’origine de l’acné hormonale, il y a toujours un pore obstrué par la surproduction de sébum. Une fois le pore obstrué, le sébum emprisonné sous la peau forme un microkyste. Selon la réaction de la peau, il peut prendre plusieurs formes : 

  • Comédon ouvert (ou “point noir”) : lorsque le pore s’ouvre à la surface de l’épiderme, le microkyste constitué de sébum s’oxyde au contact de l’oxygène et devient noir.
  • Microkyste fermé (ou “point blanc”) : lorsque le pore reste fermé avec l'apparition d'une pointe blanche sous une fine couche de peau.
  • Papule : lorsque le microkyste se fissure sous la peau. Le sébum se liquéfie et les bactéries (dont la Cutibacterium acnes) prolifèrent dans cette environnement riche en lipides. Se produit alors une inflammation et un bouton rouge se forme à la surface de la peau.
  • Pustule : lorsque les bactéries prolifèrent au sein du pore obstrué. Une inflammation se produit et se forme, à la surface de la peau, un bouton rouge à tête blanche.


Pour reconnaître l’acné hormonale, il est intéressant de se pencher sur les différents bouleversements hormonaux qui jalonnent la vie des femmes adultes. En effet, après la puberté, alors que les hormones se stabilisent chez les hommes, les femmes elles, voient leurs taux d’hormones fluctuer tout au long de leur vie avec : les cycles menstruels, la grossesse et la ménopause.

Le cycle menstruel commence le premier jour des règles et dure en moyenne 28 jours. Durant ces 28 jours, les hormones fluctuent constamment dans le but de préparer les organes génitaux à une fécondation éventuelle. Le début du cycle est marqué par une forte sécrétion d’oestrogènes. Puis, à la suite de l’ovulation, le taux d’oestrogènes baisse et celui de progestérone augmente.

Lorsqu’il n’y a pas de fécondation, le taux de progestérone chute à son tour. À quelques jours des règles, les taux de progestérone et d’oestrogène sont ainsi au plus bas et la testostérone atteint un taux supérieur à celui des hormones féminines. C’est le début de ce que l’on appelle le “syndrome prémenstruel”. Les femmes peuvent ainsi ressentir des effets psychologiques et/ou physiques parmi lesquels les poussées d’acné hormonale. Cycles menstruels et qualité de peau ont donc un lien qui, selon les femmes, a un impact plus ou moins visible.


Comment éviter l’acné hormonale ? 


Première chose à faire pour ralentir l’acné hormonale : manger équilibré et exercer une activité physique régulière. Le secret d’une belle peau se trouve dans une alimentation saine. Pendant une période stressante, essayez aussi de ralentir le rythme et de prendre du recul. Le mécanisme psycho-émotionnel joue un rôle dans l’apparition des boutons."


Pendant la période estivale, le soleil a tendance à camoufler les boutons et les kystes, car il épaissit la couche-cornée de la peau. Au retour des vacances, la peau retrouve son épaisseur normale et donc une poussée d’acné peut survenir. Catherine Laverdet recommande de bien protéger sa peau avec des crèmes solaires spécialement


Quels sont les traitements naturels possibles ? 


Utiliser un traitement naturel pour l’acné hormonale ne veut pas dire sans danger. Il est indispensable de toujours se renseigner selon votre situation et votre terrain allergique. De même si vous êtes enceinte, une discussion avec votre gynécologue ou votre médecin est incontournable avant d’envisager de prendre quoi que ce soit, même d’origine naturelle.

Levure de bière et acné hormonale

Riche en oligo-éléments, en vitamines et en minéraux, la levure de bière a bonne presse, notamment car elle est réputée pour améliorer la santé des ongles, des cheveux et atténuer les réactions inflammatoires de la peau. Ça vaut alors le coup d’essayer d’ajouter à son alimentation de la levure de bière pour l’acné hormonale : en paillettes, elle est excellente sur les salades, sachant qu’elle est également trouvable en gélules pour ceux qui n’aiment pas particulièrement son goût.

 

 

 

 

Gattilier et acné hormonale

Le gattilier est une plante qui a plusieurs vertus et propriétés, dont celle de diminuer les symptômes du SPM, le fameux syndrome prémenstruel (seins douloureux, maux de tête, fatigue, irritabilité, etc.). Disponible sous forme de gélules ou de gouttes à diluer, le gattilier est une solution potentielle contre l’acné hormonal. En effet, il est possible qu’avec le gattilier, l’acné hormonale diminue, voire disparaisse. 

Attention le gattilier étant déconseillé pendant la grossesse ou l’allaitement, il s’agit de ne pas confondre son SPM avec un début de grossesse.

Bardane et acné hormonale

L’usage de la bardane pour l’acné hormonale est reconnu par l’Agence européenne des médicaments (EMA). La bardane contient en effet de l’inuline et d’autres substances qui aident à stimuler et réguler les glandes sébacées, recommandé en cas d’acné. Elle peut être prise sous forme d’infusion, de décoction, de gélule ou encore d’extrait hydro-alcoolique. Elle aussi est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

 

Huiles essentielles et acné hormonale

 

 

 

Autre dérivé de plantes, certaines huiles essentielles sont bien connues pour leurs propriétés antibactériennes. On choisira plutôt la lavande, le citron, la palmarosa, le tea-tree (ou arbre à thé) à appliquer de manière externe sur les boutons à l’aide d’un coton-tige. Utiliser les huiles essentielles pour l’acné hormonale peut être une solution plus douce que certains traitements, mais elles ne sont pas anodines non plus et il vaut mieux vous renseigner auprès d’un spécialiste de l’aromathérapie ou faire des tests préalables pour éviter les allergies. Par ailleurs, les huiles essentielles sont contre-indiquées pendant la grossesse, et notamment les trois premiers mois.

Acné hormonale et homéopathie

Pour les adeptes des médecines douces, il existe plusieurs préparations pour lutter contre l’acné hormonale en homéopathie : Kalium Bromatum 5 CH, Eugenia Jambosa 4 CH, Juglans Cinerea 10 DH, Natrum Muriaticum 5 CH, Silicea 9 CH ou encore Ledum Palustre 7 CH. Certaines préparations étant plus efficaces pour certains phénomènes d’acné de type hormonal, il peut être intéressant de demander à votre homéopathe. 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés