Le vaginisme, c'est quoi ?

Qu’est-ce que le vaginisme

Le vaginisme touche des milliers de femmes et représente jusqu’à 15% des consultations en sexologie. Vous n’êtes pas la seule et vous ne serez jamais la seule à avoir ce dysfonctionnement. La vaginisme est tout simplement une contraction involontaire, répétée et persistante des muscles péri-vaginaux dès lors d’une pénétration.

Ces muscles se resserrent donc par reflexe sans le vouloir. Cette contraction a donc lieu au moment de la pénétration. Ce trouble, principalement d’ordre psychique compromet souvent votre vie sexuelle d’un épanouissement certain.

Pour rappel, le vaginisme n’est en aucun cas un dysfonctionnement de votre vagin ! Tout est normal de ce côté-là. Et l’autre bonne nouvelle c’est que la vaginisme se soigne, il vous suffit de lire la suite de cet article pour retrouver une vie sexuelle comme en rêvez ! Pour cela, il faut déterminer la cause du vaginisme et effectuer un travail thérapeutique.

Quels sont les différents types de vaginisme ?

Le vaginisme est encore peu connu et la plupart des femmes ignorent totalement son existence. Il se  caractérise souvent par des contractions involontaires, incontrôlables et répétées des muscles entourant le vagin. Cette contraction réflexe rend la pénétration souvent délicate voire impossible (que ce soit avec un tampon, un doigt, un spéculum, un pénis, …).

Il existe plusieurs types de vaginisme : 

  • Le vaginisme primaire : quand la douleur et les contractions musculaires ont toujours été présentes au cours d’une vie, et qui ont donc commencé dès le début de votre vie sexuelle. Souvent, ceci est dû à un traumatisme du périnée dans la jeunesse, avant tout rapport sexuel, lors d'une chute, par exemple. Des attouchements, des violences sexuelles, une éducation stricte par rapport au sexe basée sur des tabous et interdits.
  • Le vaginisme secondaire, qui apparaît au cours de la vie alors qu’aucune douleur lors de la pénétration n’avait été ressentie jusque-alors. Le plus souvent lié à une pénétration vaginale douloureuse ou la peur d'avoir à nouveau mal prend le dessus. La contraction des muscles du vagin intervient comme une sorte de protection. Un vrai cercle vicieux peut s'installer : la peur de la douleur accentue la contraction musculaire, qui elle-même amplifie la douleur. Une expérience traumatisante comme des examens médicaux douloureux invasifs, un abus sexuel peuvent aussi faire apparaitre le vaginisme secondaire.

La plupart du temps, le problème ne se situe pas au niveau des organes génitaux, mais plutôt dans la tête. 

 

 

Outre ces causes psychologiques, le vaginisme peut également survenir suite à : 

  • la ménopause;
  • une infection vaginale ;
  • une malformation du vagin (rare et souvent bénigne).

On caractérise le vaginisme de :

  • Global lorsqu’il se produit dans toutes les situations, quel que soit le/la partenaire et quelle que soit la tentative de pénétration. 
  • Partiel ou Situationnel, qui intervient dans certaines situations uniquement (avec certain.e.s partenaires, uniquement lors de rapports sexuels, dans un contexte précis…).

Vaginisme : Quelles sont les solutions pour y remédier ?

Au-delà de jeter un froid sous la couette, le vaginisme peut contrarier un projet de maternité. Eh oui, sans pénétration, pas de fécondation ! La première étape – et la plus difficile – sera d'oser révéler votre vaginisme. Ne laissez pas ce trouble gâcher vos moments d'intimité sous la couette. Il existe des solutions simples pour venir à bout du vaginisme . Une prise en charge précoce permet de traiter ce trouble plus rapidement.

Vos interlocuteurs à privilégiés sont :

  • votre gynécologue ;
  • votre sage-femme ;
  • un kinésithérapeute spécialisé dans les douleurs périnéales ;
  • un sexologue.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que quelle que soit la durée depuis laquelle on souffre de vaginisme, celui-ci n’est pas une fatalité. Il se traite très bien, notamment si travail physiologique de détente musculaire et approche psychologique sont associés.

Tout d’abord, mettre un nom sur le problème permet de savoir contre quoi on lutte ! Nombreuses sont les personnes n’ayant jamais entendu parler de vaginisme. Puis en trouver les causes et en comprendre l’origine permettent parfois de le vaincre.

L'objectif, vous l’avez compris, est de favoriser la relaxation des muscles du périnée. Vous imaginez déjà ces professionnels de santé avec leurs outils au niveau de vos parties intimes ? Rassurez-vous, le travail thérapeutique est principalement basé sur l'écoute de vos angoisses et de vos peurs.

 

 

 

 

Le professionnel de santé peut vous proposer de réaliser des exercices à la maison pour apprendre à relâcher les muscles de votre périnée. Il peut s'agir de massages des zones génitales ou de positions faisant travailler le bassin et le bas du corps. Il peut également vous proposer d'utiliser un dilatateur vaginal pour aider à détendre l'ensemble des muscles du vagin.

Faites confiance à votre thérapeute et croyez-en vous-même. Le vaginisme est loin d'être une fatalité. Alors, parlez-en !

Exercices à la maison !

De votre coté, le travail n’est pas terminé ! Tout d’abord une femme qui souffre de vaginisme doit avoir une visualisation nette de son vagin, quelle percevait comme floue afin que les appréhensions lieu à ce trouble puissent se dissiper.

Dans les cas de vaginisme, la pénétration est impossible par réflexe, il faut alors venir "désensibiliser" cette zone en la rendant moins réactive. Pour se faire, vous pouvez vous aidez de vos doigts doucement, de contourner la zone de l'orifice puis de tenter des petites pénétrations. 

La communication et l’implication du conjoint est aussi primordiale. Parlez à votre conjoint, expliquez lui que c'est courant, que vous mettez tout en oeuvre pour solution ce problème, il doit vous soutenir et le fera car affrontez ça seul n'est pas évident. Vous serez surprise par la réaction de nos hommes qui peuvent être très patients et compréhensifs, encore faut il simplement leur expliquer.

Impliquez le, jouez avec lui, re découvrez votre corps, votre féminité, votre sexualité avec lui, prenez votre temps ensemble.

Pour finir l’ostéopathie peut parfois permettre d’en finir avec le vaginisme via le travail externe de certains muscles. Le but est de pouvoir déterminer si le périnée de la patiente est en dysfonction avec des contractions musculaires asymétriques. L'ostéopathe va analyser avec ses mains le bassin, les organes du petit bassin et les différentes structures voisines, afin de pouvoir relâcher les différentes tension.

 

Dans tous les cas, il faut garder à l’esprit que le vaginisme se guérit. L’important étant d’y aller à son rythme sans se forcer et de surtout consulter un médecin pour écarter toute maladie !

Vous n'êtes pas la seule dans ce cas-là !

 

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés